95 

Attribué à Peter SCHEEMAKERS le Jeune Anvers, 1691 - 1781Vénus allongée sur un matelasTerre cuiteRepose sur une base en marbre rouge veiné blanc (hauteur : 7 cm)Venus lying on a mattress, terracotta, attr. to P. Scheemakers the Younger37 x 63 x 24 cm (14,57 x 24,80 x 9,45 in.)Provenance : Galerie Patrice Bellanger, Paris, en 1988Expositions : 'La femme symbole dans la sculpture', Paris, Galerie Patrice Bellanger, octobre 1988, n. p. (comme Augustin Bocciardi)Commentaire : Exemplaire par sa qualité d'exécution, sa taille ambitieuse, son modelé savoureux et son iconographie universelle qui invite à l'intimité, notre Vénus compte à coup sûr parmi les plus séduisantes terres cuites du XVIIIe siècle. Son absence de signature ne cesse néanmoins de nous attrister tout en savourant une part de mystère que le modèle et/ou le commanditaire auraient voulu préserver ; pour maintenir à l'abri des regards une identité peut être inavouable. Abordant la mythologie sous un regard contemporain, notre sculpteur fait reposer sur un matelas un séduisant nu féminin au sourire apaisé qui évoque au premier regard l''Hermaphrodite Borghèse' du musée du Louvre (fig. 1). Cette belle jeune femme au corps magnifiquement proportionné tient des deux mains un drap qui quelques instants plus tôt recouvrait ses seins désormais dénudés.Depuis l'Antiquité, les sculpteurs sont fascinés par l'étude du nu féminin et rêvent d'atteindre la perfection dans sa représentation : incarner, donner la vie à la matière inerte est depuis les premiers récits du mythe de Pygmalion le fantasme de tout sculpteur.A Paris, au Salon de 1757, les visiteurs admiraient la Vénus de Mignot, scène que représenta si bien Gabriel de Saint-Aubin (fig. 2) 1. Au début du XIXe siècle, Canova créa la surprise en dévoilant le corps nu de la sœur de l'empereur Napoléon, allongé sur un matelas (fig.3) 2. Ces deux sculptures montrent à quel point, de l'Antiquité à Giambologna3 et de Quellinus à Delvaux4, l'iconographie d'un nu féminin allongé sur un matelas capitonné a fasciné les créateurs.Par sa technique raffinée et sa formation classique en Italie en 1710, Peter Scheemakers le Jeune est un talentueux artiste qui parcourt l'Europe pour satisfaire ses commanditaires. Fils de Peter Scheemakers l'Ancien (1652-1714), il est à Copenhague aux côtés du sculpteur Johann Adam Strurnberg pendant 3 ans autour de 1718, puis rejoint l'atelier de Denis Plumier à Londres vers 1720 où il rencontre Laurent Delvaux. A la mort de Plumier en 1721, ils achèvent ensemble le monument funéraire du duc de Buckingham et réalisent de nombreux chantiers à quatre mains dans la décennie 1720. En 1728 ils vendent leur collection de sculptures, modèles et maquettes (parmi lesquelles est décrite une 'Vénus endormie'5) et s'installent à Rome près de la place d'Espagne dans le palais Zuccari. Pendant leur séjour d'au moins deux années, ils répondent aux demandes des collectionneurs anglais du Grand Tour tels Thomas Fonnereau qui écrit à Samuel Hill qu'il rencontra à Rome " a very clever fellow… his name is Schielmaker… [He] has copied the Hermaphrodite of Borghese about 2 ft long which he asks 120 [cru?; francs ?] for6 ".1. Vente anonyme ; Paris, Artcurial, 31 mars 2016, n° 2, 13,20 x 16 cm.2. Antonio Canova, 'Pauline Borghèse', marbre blanc, Rome, Villa Borghèse. 3. Giambologna, 'Géométrie et Astrologie', terre cuite, Londres, Victoria & Albert Museum.4. Attribué à Artus Quellinus, 'Vénus et Cupidon', bronze, Munich, Bayerisches Nationalmuseum ; Laurent Delvaux, 'Ariane', marbre, New Haven, Yale Center for British Art.5. I. Roscoe, " Scheemakers, Peter, 1691-1781 ", in 'A Biographical Dictionary of Sculptors in Britain 1660-1851', New Haven et Londres, 2009, p.1102.6. 'Ibid.', p. 1098.

拍卖信息

paris, 法国